Un extrait du livre "Rencontre avec les Etres de la Nature"

Venez vous détendre, échanger dans cette section en langue française sur le thème du druidisme et du paganisme. Pour une question, pour partager ou pour échanger, prenez un instant pour vous présenter, vous réchauffer auprès de notre feu, dans une ambiance conviviale et chaleureuse.
User avatar
MountainGnome
Posts: 153
Joined: 05 Oct 2009, 03:55
Gender: Male
Location: États Unis
Contact:

Un extrait du livre "Rencontre avec les Etres de la Nature"

Postby MountainGnome » 25 Feb 2015, 20:39

Bonjour tout le monde,

Je lis le livre de Anne Givaudan, "Rencontre avec les Etres de la Nature" sur mon Kindle, et il y a des informations qui me semble d'être très druidique, même s'ils sont à propos des Amérindiens.

Voici:
Les Amérindiens sont connus depuis toujours pour leur respect et leur amour pour la Terre-mère et pour les êtres qui l'habitent.

Un vieil homme sage me racontait que, dans leur tribu, lorsqu'ils devaient couper un arbre, ils accomplissaient avant de le faire, un acte bien précis: ils frappaient le cercle d'arbres qui entourait celui qui devait être coupé.

A ma question du pourquoi, le vieil Indien me répondit:

«Ainsi nous anesthésions, par cette pratique, les êtres qui font partie de l'arbre et lorsque nous coupons l'arbre choisi, c'est comme si nous faisions une opération sous anesthésie. Il ne souffre pas et sa douleur ne se répercutera pas d'arbres en arbres sur toute la terre. Les arbres communiquent entre eux par l'intermédiare des êtres qui les habitent, et c'est ainsi qui toute leur race est au courant du moindre mouvement qui se passe sur Terre et même dans les étoiles.»

Lors d'un passage à Ottawa, j'ai eu la grande joie de partager un peu de temps en privé avec le vieux chef des diverses tribus indiennes d'Amérique: William Commanda.

Ce dernier me racontait que leurs réunions avaient été longtemps interdites et que ce n'est que depuis quelques années qu'ils pouvaient à nouveau se rassembler:

«A l'époque où tous nos rassemblements étaient interdites, nous nous réunissions quand même car il y avait des décisions à prendre pour notre vie et celle de notre peuple.

Lorsque nous sortions le calumet qui, lui aussi, nous était prohibé, nous savions que le peuple des oiseaux surveillait les abords de notre lieu de réunion et ainsi, nous protégait.

Bien souvent, lorsque les troupes de la police arrivaient pour nous disperser, les oiseaux volaient d'une certaine façon au-dessus de nous et nous avions le temps de ranger tout ce qui était interdit. Puis, nous nous dispersions et nous remerciions nos précieux indicateurs.»

Voici encore quelques paroles qui sont évocatrices du fait de la reliance entre le peuple amérindien et les êtres de la Nature: http://www.syti.net/MessageIndiens.html
Et puis quelques citations des amérindiens:
«Nous le savons: la terre n'appartient pas à l'homme, c'est l'homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre. L'homme n'a pas tissé la toile de la vie, il n'est qu'un fil de tissu. Tout ce qu'il fait à la toile, il le fait à lui-même.» -- Seattle, chef indien Suquamish.

«Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la Nature, et son attachement grandissait avec l'âge. (...) C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à meme le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l'homme éloigné de la Nature devient dur. Il savait que l'oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la Nature.» -- Standing Bear, chef Lakota (Sioux)

«Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes: parfois nous l'approchons par leur intermédiaire. (...) Nous croyons en l'Etre Suprême, d'une fois bien plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traités de païens... Les Indiens vivant près de la Nature et du Maître de la Nature ne vivent pas dans l'obscurité.»
Ce livre est disponible en ligne en pdf: cliquez!

Return to “Au Coin du Feu”

Who is online

Users browsing this forum: No registered users and 2 guests